Bienvenue sur le site de l'église orthodoxe Saint Irénée à Marseille

 

Fête paroissiale Saint-Irénée

Samedi 30 septembre

9 heures : Matines 10 heures : Liturgie pontificale présidée

par Mgr. Emmanuel

Suivie d’agapes festives : contactez Angèle Roubin (04 91 65 52 02)

Retenez cette date et venez nombreux Attention : c’est un samedi ! 


Hommages au Père André Borrély

Merci, Père André !

Depuis quelques années déjà, les progrès de la maladie t’avaient peu à peu éloigné de l’autel, toi qui avais mis la célébration liturgique au centre de ta vie. Mais tu concélèbres maintenant avec les anges dans le ciel, en une liturgie incessante. Tu n’avais pas pu supporter le départ de Marie, ton fidèle et indéfectible soutien dans la vie et dans ton ministère, tu l’as retrouvée selon ton désir le plus cher, et tu es maintenant auprès d’elle, et vous intercédez pour nous auprès du Christ, de sa Mère et de tous les saints, en premier lieu auprès de Saint-Irénée, le patron de notre paroisse, que tu as servie et guidée pendant plusieurs décennies, à partir du 21 novembre 1994, lorsque le Père Cyrille est entré dans la maison du Père.

Les paroissiens de Saint-Irénée, grâce à toi, ne se sont pas retrouvés orphelins, malgré le chagrin et le manque qu’ils éprouvaient après le départ de leur pasteur et guide spirituel. Tu t’es donné sans compter, assumant une succession difficile à porter, mais tu l’as fait avec les charismes que Dieu t’avait donnés, célébrant, enseignant, écrivant, conseillant et guidant. Nous te remercions, ainsi que Marie, pour toutes ces années de service, pour cette vie que vous avez donnée à l’Eglise.

Tout n’a pas été facile, car tu voulais aller au bout de ta foi, et tu étais aussi en proie aux interrogations spirituelles, prenant à cœur les premières paroles des prières avant la communion : « Je crois, Seigneur, et je confesse, que tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant, venu au monde pour sauver les pécheurs, dont je suis le premier. » Cette humilité a imprégné toutes tes célébrations.

Nous te remercions pour avoir guidé et maintenu notre paroisse dans la véritable orthodoxie, une orthodoxie ancrée dans la Tradition, profonde, simple, droite.

Je te suis, quant à moi, profondément reconnaissant pour la formation liturgique que j’ai reçue auprès de toi, et qui me permets, maintenant, de poursuivre ta tâche. C’est à tes côtés que j’ai appris à célébrer, au cours de centaines et de centaines de liturgies. Tu m’as appris la rigueur de la célébration liturgique byzantine, et aussi comment la pratiquer dans les conditions de vie actuelles des prêtres et des fidèles, en restant fidèles, tout en l’adaptant, au modèle idéal, qui a pu être celui de Constantinople et des monastères. La célébration liturgique reste le centre de la vie de notre paroisse.

Merci, Père André, merci, Marie, pour tout ce que vous nous avez donné.

Mémoire éternelle !

P. Daniel et le conseil paroissial Saint-Irénée

 

 

............................................................................

 

 

Homélie du Métropolite, Mgr. Emmanuel

Funérailles du protopresbytre André Borrély

Marseille, le 12 juillet 2017

 

Au nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit,

A l’heure où notre cher Père André entreprend un ultime voyage vers le Père céleste, nos prières l’accompagnent, ainsi que sa famille qui aujourd’hui le pleure. Le Père André a toujours eu une place particulière dans la vie de notre Métropole, non seulement en raison de son immense activité pastorale à Marseille et au sein de la paroisse Saint-Irénée, mais aussi en tant que théologien et intellectuel. Car le Père André était un homme de prière et de culture par lequel l’orthodoxie a rayonné dans la société française.

Il y a quelques années, il transmettait les clés spirituelles de la paroisse Saint-Irénée au Père Daniel Bresson. A cette occasion, j’avais pu lui témoigner de mes plus sincères remerciements pour les décennies qu’il avait consacrées à l’édification, à la fortification et l’inspiration de cette belle communauté de Marseille. C’est avec le talent qu’il a reçu de Dieu qu’il a enseigné, conseillé et transmis la foi de notre Eglise. Il a su redonner à la philosophie - matière don il a été l’enseignant – le sens d’une métaphysique chrétienne par  laquelle le cœur, l’âme et l’intelligence sont transfigurés. N’était-ce pas d’ailleurs le titre de l’un de ses ouvrages, « L’homme transfiguré » ?

L’homme de lettres était aussi un homme de dialogue. Ce dernier a pris des formes multiples dans sa vie. La première est certainement la plus importante. Il s’agit de la prière qu’inlassablement il a fait monter vers le Seigneur, dimanche après dimanche, liturgie après liturgie. Par cet exemple, le Père André a parfaitement démontré qu’il faut à la fois de l’intensité, mais aussi de la persévérance dans la prière. Une autre forme de dialogue s’est concrétisée dans une initiative dont il a été la cheville ouvrière. Il a su contribuer très activement au rayonnement de l’orthodoxie au cours de ses nombreuses interventions sur les ondes de Radio dialogue (maintenant RCF-Dialogue, ndlr.).

Je suis fier d’avoir pu compter le Père André parmi les membres de notre Sainte Métropole de France et je suis d’autant plus heureux que son héritage puisse être préservé par le Père Daniel Bresson, l’actuel recteur de la Paroisse Saint-Irénée, personne qu’il a lui-même préparée à ces responsabilités. Aussi, je prie le Seigneur pour que l’exemple du Père André puisse être suivi, comme lui-même a mis ses pas dans ceux du Père Cyrille Argenti, de bienheureuse mémoire.

Aujourd’hui nous prions avec intensité pour le repos de son âme, alors qu’il a rejoint celle qui l’a tant aidé dans son ministère et qu’il a tant aimée, Marie, qui s’est endormie avant lui. Au moment où nous mettons son corps en terre, nous entendons, dans le silence de cet été azuréen, le murmure d’une voix qui s’élève : « C’est bien, bon et fidèle serviteur …, viens te réjouir avec ton Maître » (Mt, 25, 21)

Que sa mémoire soit éternelle !

 

 

............................................................................

 

 

Hommage du Père André Louchkoff lors de la pannychide célébrée pour  l’inhumation du Père André au cimetière de Toulon le 13 juillet 2017

 

Au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit !

 

Très chers frères et sœurs en Christ,

Lorsque notre Seigneur Jésus-Christ apprit la mort de son ami Lazare, Il pleura, Il pleura de toutes ses larmes, et ceux qui étaient avec Lui dirent : « Comme il l’aimait ! »

Aujourd’hui, c’est à notre tour de pleurer le départ de notre frère et concélébrant Père André, et nous pouvons tous nous dire les uns et autres : « Comme nous l’avons aimé, comme nous l’aimons, et comme nous l’aimerons. »

Père André nous laissera à tous un grand souvenir en nos cœurs, un souvenir que le temps n’effacera pas, et ceci pour plusieurs raisons essentielles :

            tout d’abord, pour sa culture universelle, culture grecque, culture latine, culture philosophique, et surtout culture théologique ; Père André était un puits de science et de sagesse,

            ensuite, pour sa droiture d’esprit, son honnêteté intellectuelle ; chez lui, pas de chemins sinueux, pas de détours, mais toujours des chemins droits et sans aucune ambiguïté,

            et finalement pour son humanité, sa générosité, son pragmatisme, et surtout sa disponibilité.

Il était en somme un frère, un père spirituel, qui avait un pied sur terre, et surtout, un autre pied dans les cieux.

Très cher Père André, notre frère et concélébrant,

Toi qui viens de t’endormir dans l’attente de la Résurrection pour la vie éternelle, toi qui es maintenant parmi les anges, très cher Père André, intercède auprès de Notre Seigneur, Dieu et Sauveur Jésus Christ, afin qu’Il nous envoie la grâce nécessaire pour suivre ton exemple, exemple d’une vie matérielle et spirituelle exemplaire.

« Le Christ est ressuscité des morts, par la mort il a vaincu la mort, à ceux qui sont dans les tombeaux il a donné la vie. »

Il la donne, et Il la donnera en tout temps, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles . Amen.

Alleluia, alleluia, alleluia, gloire à Toi, ô Dieu,

Notre espérance Seigneur,

Gloire à Toi.

 

 

Le fondateur de la Paroisse :                           le Père Cyrille Argenti

 

Né en 1918, d'origine grecque, le Père Cyrille Argenti fut moine et prêtre à Marseille pendant plus de 40 ans. Il a fondé la paroisse francophone Saint-Irénée et participé au dialogue oecuménique ainsi qu'à de nombreuses actions en faveur des plus pauvres. Il a également été un membre actif de l'ACAT (Association des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture) et de la Fraternité orthodoxe en Europe Occidentale. Il est décédé le 21 novembre 1994.

Le parrain de la paroisse fut M. Alexandre Yakimansky (1890-1993).

Père Cyrille et Alexandre Yakimansky
Père Cyrille et Alexandre Yakimansky

Saint Irénée de Lyon : Né en Asie Mineure, Saint Irénée fut le disciple de Saint Polycarpe. Il vint en Gaule et prit la succession de Saint Photin vers 177 à la tête de l'évêché de Lyon. Il fut le premier grand auteur ecclésiastique d'Occident et à l'origine d'un grand mouvement d'évangélisation de la Gaule.